atelier relaxation, pause-relax, pause-relax en famille, relaxation

Atelier pause-relaxation en famille au Musée des Enfants

Dimanche 29 avril 2018 de 12h30 à 18h, venez me rejoindre au Musée des Enfants pour partager des instants magiques avec votre ou vos enfant(s) à l’occasion de la 11ème édition de l’incontournable fête intergénérationnelle  « Raconte-moi tes Histoires » 

Cette journée Raconte-moi tes Histoires sera dédiée aux contes, aux histoires, aux aventures à partager en famille dans une ambiance festive, musicale et ludique: ateliers, animations, kermesse, clowns, jongleurs, samba, conteurs …

N’hésitez pas à venir en famille ou avec les amis.

Je vous attends pour ma part, dans le théâtre au 2ème étage du Musée des Enfants pour un atelier (grand-)parent/enfant d’une demie heure environ.

Horaires : 13h30- 14h30 -15h30 – 16h30

Plus d’information faites un tour sur le site du Musée en cliquant ICI

Parlez-en autour de vous … toutes les animations sont gratuites ce jour-là.

 

raconte-moipetit155

 

 

 

école, Coordination, enfance, pause-relax, presse, yoga à l'école

Revue de presse

Ce n’est pas encore la gloire mais ça s’en rapproche ;-).

Deux articles parus ces derniers mois, l’un dans le Bulletin de liaison de la Coordination des Ecoles de Devoirs « A feuille T » n°234

Pour le lire au complet ICI

Pour lire l’article Pages 19-20 de aft_234

L’autre dans le Bagje info n°73, le bulletin de liaison de l’ASBL Badje, Bruxelles Accueil et Développement pour la Jeunesse et l’Enfance, une fédération pluraliste bruxelloise active dans le secteur de l’accueil des enfants et des jeunes.

Avec un dossier consacré au « Yoga, pleine conscience… : pour un accueil en toute sérénité »

Pour lire le n° au complet ICI

Pour lire l’article badje_info_73 31

Bonne lecture.

dessin-presse

atelier relaxation, pause-relax, pause-relax en famille, Toucher, Un peu de tout

Atelier Pause-relax au Salon de l’Education à Charleroi

Venez me rencontrer ou me retrouver au Salon de l’éducation à Charleroi

Le dimanche 22 octobre de 11h30 à 12h, j’y animerai un atelier Pause-relax sur base des exercices du livre « Le Toucher, un besoin vital » de M. Sluijter adapté par Bernadette Colard édité par les Chroniques sociales.

Ce livre est un puit d’inspiration pour mes ateliers avec les enfants de 3 à 103 ans.

Si vous avez envie d’en savoir plus, je vous invite à faire un petit tour dans le blog de Bernadette Colard: Le Toucher un besoin vital

Vous y trouverez des articles et des idées dans le domaine du toucher, de la détente, de la relaxation, du massage…

A très bientôt.

Michèle

P.S. L’asbl Learn to Be  sera aussi présent au Salon avec un stand et 3 conférences. Si vous passez par là, venez me faire un petit salut.

adolescent, atelier relaxation, pause-relax, Un peu de tout, yoga à l'école

Fermer les yeux pour apprendre

Vendredi j’ai eu le plaisir de commencer mon année scolaire en animant les ateliers Pause-relaxation dans deux classes de l’école Sainte-Marie à Schaerbeek. Que du bonheur de voir l’attention et de sentir l’enthousiasme des élèves. Que d’émotion aussi de revoir les élèves qui avaient participé aux ateliers il y a deux ans, qui ont bien grandi et qui, par un large sourire, me témoignaient leur sympathie.

Pour commencer l’année, j’ai envie de partager avec vous cet article écrit par Lucie Barriault présentant le travail de Jennifer L. Roberts, professeure à l’Université Harvard, est une adepte, comme moi du « think slow ».

Il est important d’offrir aux élèves des moments où ils peuvent se relaxer et apprendre à respirer en silence; apprendre à être présents. Lorsqu’ils sont plus présents, ils sont plus disponibles pour apprendre.

Jennifer L. Roberts, professeure à l’Université Harvard, est une adepte du « think slow ». Ses étudiants en histoire de l’art ont gouté à sa médecine, en contemplant en silence une œuvre d’art pendant trois heures consécutives. Cette tâche, pouvant paraitre simpliste ou dépourvue de sens, a pourtant permis aux étudiants de comprendre la philosophie de leur professeure : ce qui permet réellement d’apprendre, c’est le temps et la patience stratégique. La stratégie mise de l’avant par Roberts est un exemple de ce que l’on nomme l’éducation basée sur la pleine conscience (« mindful-based » education). Cette approche prend plusieurs formes, comme la visualisation et les techniques de respiration associées à la méditation.

Ces techniques amènent les élèves à « ralentir » l’activité de leur corps et de leur cerveau, en les rendant plus conscients de leurs pensées, des sensations et des émotions qu’ils ressentent et de leur environnement immédiat.

Des résultats de recherche concluants

Plusieurs recherches montrent les effets positifs d’une telle approche. À titre d’exemple, dans une étude menée en 2008, on a expérimenté les effets des techniques de méditation axées sur la concentration (concentration-based meditation) en contexte de classe. Pour ce faire, on a séparé 56 étudiants en deux groupes. Les étudiants de l’un des groupes étaient amenés à mettre en pratique des techniques de méditation. À la fin de l’expérimentation, les élèves de ce groupe avaient obtenu des résultats scolaires significativement supérieursà ceux du groupe contrôle (consultez le rapport de recherche).

Une autre étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Psychological Science en 2012, a montré que des étudiants qui avaient pris part à un entrainement de deux semaines axé sur la pleine conscience avaient obtenu de meilleurs résultats à des épreuves de mémorisation et de compréhension en lecture.

Joanne Bagshaw, professeure associée de psychologie au College Montgomery, a observé des résultats similaires auprès de ses étudiants. Elle attribue ces résultats au fait d’avoir enseigné aux jeunes à gérer leur stress, ce dernier étant exacerbé par l’utilisation excessive des technologies. Le spécialiste des neurosciences Daniel J. Levitin soutient en effet que le multitâche aurait un effet sur le cerveau en augmentant considérablement la production de cortisol et d’adrénaline; hormones associées au stress.

À la fin de ses cours, Bagshaw éteint les lumières et demande un moment de silence à ses étudiants, tout en les amenant à se concentrer sur leur respiration. Un geste simple qui semble toutefois présenter un potentiel intéressant pour l’apprentissage et le bien-être des individus.

[Consultez l’article]en anglais

 

formation, pause-relax, relaxation, Un peu de tout

Formation Pause-relaxation au printemps

Vous désirez créer une bulle de détente en classe ou en extra-scolaire ?

La « pause-relaxation » est une réponse à vos attentes.

Des mouvements, des exercices de respiration consciente, des comptines, des enchaînements de massage à faire seul ou à deux, des visualisations et bien d’autres techniques qui permettent aux enfants de mieux gérer leurs émotions et comportements, et ainsi (re-)trouver une bonne vitalité.

En deux journées de formation, je vous propose de vous transmettre et de partager les Pause-relaxation, des séquences d’exercices issues de mon expérience d’animation et de relaxation avec les enfants.

Informations pratiques:

Pour qui ? les instituteurs(-trices) – sections maternelle et primaire -, les éducateurs, les animateurs et toute personne travaillant avec des enfants

 

Quand ?: les dimanches 21 mai et 11 juin 2017

Où ?:  à l’espace BamboO à Saint-Gilles, Rue Hôtel des Monnaies, 79
1060 Bruxelles

Inscription en complétant le formulaire ICI

+ informations sur le fichier PDF: formation_pause_relax_bamboo

 

Vous pouvez me joindre par mail et par téléphone au 0473 49 80 64 entre 15h et 20h.

pause-relax
pause-relax en classe

 

atelier relaxation, pause-relax, pause-relax en famille, relaxation

Pause-relaxation en famille * en février et mars

Envie de vivre une heure de détente et de relaxation en famille ?

Venez partager avec vos enfants, ou petits-enfants (à partir de 3 ans) quelques moments magiques de bien-être pour oublier la fin de l’hiver et sentir l’approche du printemps.

Nous voyagerons d’île en île pour nous ressourcer par des mouvements, des respirations conscientes et des massages tout en douceur.

Quand ? les dimanche 19 février  et dimanche 26 mars de 11h à midi.

Où ? à l’espace BamboO à Saint-Gilles.

Inscription obligatoire  ICI

Vous désirez plus d’information sur ces 2 ateliers ? par mail. 

ou par téléphone du lundi au vendredi de 15h à 19h au 0473 49 80 64.

A très bientôt.

Michèle.

***

***

***

adolescent, atelier relaxation, pause-relax, relaxation

Au Collège «je me sens plus calme et plus concentré»

article écrit par Delphine Bancaud, paru dans http://www.20minutes.fr

 

Le collège Karl-Marx de Villejuif (Val-de-Marne) a mis en place des séances de sophrologie pour aider les élèves à prendre conscience de leur corps et à gérer leurs émotions…

Ce jeudi après-midi, les élèves de 6e B du collège Karl-Marx de Villejuif (Val-de-Marne) sont assez dissipés. Ils discutent, gesticulent sur leurs chaises, lorsqu’ils reçoivent une visiteuse pas comme les autres. Il s’agit de Sarah Auvray, sophrologue de profession, accueillie avec le sourire par la professeure de français, Julie Ozon.

C’est son troisième rendez-vous avec la classe. Elle participe au projet « bien-être » mis en place dans le collège. « L’idée est de faire appel à la sophrologie pour rendre les élèves davantage disponibles pour les apprentissages. Nous avons monté cette initiative avec les enseignants volontaires dans deux classes de 6e pour commencer », explique Jamila Krebis, principale du collège. Un objectif important pour cet établissement de Rep (réseau d’éducation prioritaire) qui est passé de 73,5 % de réussite au brevet en 2015 à 86 % en 2016. « Cette action s’inscrit dans une politique qui vise à appréhender l’élève dans sa globalité, en favorisant son épanouissement au collège », précise la principale, qui a avisé les parents du projet « bien-être » lors d’une réunion afin de dissiper leurs éventuelles réticences. Et pour le financer (il coûte 1.600 euros), le collège a reçu une subvention du Conseil départemental.

arbre-noir-avec-les-feuilles-et-les-racines-vertes-56029588« Imaginez-vous comme un arbre avec ses racines »

Au total sept séances d’une heure sont prévues dans chaque classe. Celle de ce jeudi démarre par la météo du jour. La sophrologue affiche au tableau un nuage électrique, un autre sans expression, un ciel dégagé et un soleil éclatant. Son objectif : sonder l’humeur du jour des élèves. « Lesquels parmi vous sentent un orage intérieur en eux ? » interroge Sarah Auvray. Trois élèves lèvent la main, les autres estiment aller plutôt bien ou très bien. La sophrologue fait ensuite un peu de pédagogie pour réexpliquer l’intérêt de sa démarche aux élèves : « On va faire quelques exercices, lors desquels je vous demande de faire comme si vous ouvriez les yeux à l’intérieur de votre corps pour comprendre ce qui s’y passe. » A observer les élèves, sa mission semble ambitieuse, car beaucoup d’entre eux sont nerveux.

Mais qu’à cela ne tienne. Sarah Auvray leur demande de se mettre debout et de fermer les yeux. « Imaginez-vous comme un arbre avec ses racines », leur suggère-t-elle, avant de les inviter à sautiller pour prendre conscience de leurs mouvements, du changement de leur respiration et de la manière dont leur corps se détend ensuite. « Toute cette agitation se tait en vous et votre corps redevient calme », commente-t-elle. Au fond de la classe, l’enseignante, Julie Ozon, fait les exercices, tout en recadrant gentiment les élèves trop agités.

« Je me sens tranquille »

Les 6e sont ensuite invités à s’asseoir pour effectuer un autre exercice leur permettant tout à tour de prendre conscience de leurs appuis, de leur respiration et de se détendre. « Vous libérez votre corps de ses contrariétés, comme un vent qui fait un profond nettoyage en vous », déclare d’une voix douce la sophrologue. L’atmosphère a changé dans la classe. La majorité des élèves jouent désormais le jeu et ne bougent plus. « Vous allez imaginer une montagne. Votre tête devient son sommet. Vous vous sentez forts comme la montagne », souffle Sarah Auvray. Plusieurs élèves ont posé leur tête dans leurs bras et certains se sont même assoupis. L’exercice s’achève. « Vous avez pris soin de vous. Vous avez senti combien cela vit à l’intérieur de votre corps et comment vous pouvez vous calmer », résume la sophrologue. Plusieurs élèves acquiescent et acceptent de rédiger quelques mots pour décrire leurs sensations du moment. « Je me sens tranquille », « J’ai envie de dormir », peut-on lire sur leurs feuilles, mais aussi « je me sens normal ». Nassim dit qu’il est passé de l’orage intérieur aux nuages. Preuve qu’il va déjà mieux qu’en début de séance.

Avant de partir en récréation, les élèves tiennent à donner leur opinion sur ce projet « bien-être ». « A la rentrée, l’ambiance était agitée en classe, là c’est plus calme », déclare Amandine, qui ressent les bienfaits de ces séances lors des cours suivants. « Ça marche, mais on ne pas décrire pourquoi », estime de son côté Ryan. « Tu as tout à fait raison, la sophrologie  ne s’explique pas, elle se ressent », commente Sarah Auvray. « Je me sens plus calme et plus concentré pour aller faire mon contrôle de SVT tout à l’heure », déclare à son tour Abdellah. Quant à Jérémy, il explique avoir refait les exercices des précédentes séances avec sa famille. Car chaque séance est enregistrée et la bande sonore est mise à disposition par la professeure. Reste quelques réfractaires, comme Sirine. « Moi je n’aime pas ne rien faire », explique-t-elle.

« Cela contribue à créer une cohésion entre eux »

De son côté, la sophrologue observe une évolution positive chez les élèves : « de séance en séance, ils rentrent de plus en plus dedans et semblent plus apaisés. » Pour l’enseignante, ces séances ont fait évoluer l’ambiance de la classe : « cela contribue à créer une cohésion entre eux. Et le fait qu’on leur parle de bien-être à l’école change aussi leur manière de percevoir le collège », indique-t-elle. L’enseignante souhaite d’ailleurs reproduire certains de ces exercices au début de ses cours pour perpétuer les bonnes habitudes. « On espère que ce projet « bien-être » va essaimer dans tout l’établissement » ajoute Jamila Krebis.