apprentissage, école, Un peu de tout

La pertinence de l’apprentissage de l’écriture manuscrite

Je reprends un très bon article publié sur le site de Radio-Canada sur la pertinence de l’apprentissage de l’écriture manuscrite à l’ère techno.

En voici un extrait: Le monde de l’éducation au Canada fait face à l’omniprésence de la technologie, ce qui remet en question la pertinence de l’apprentissage de l’écriture manuscrite script et cursive (lettres attachées) alors que les enfants forment souvent leurs premières lettres à l’aide d’un clavier. Des chercheurs soutiennent que la disparition de l’écriture à la main pourrait avoir un effet négatif sur le cerveau et les fonctions cognitives.

J’en retiens cette phrase de Karin James, professeure au Département de psychologie et des sciences du cerveau à l’Université de l’Indiana

« Plus le processus d’apprentissage est interactif avec le corps de l’enfant et sa motricité, mieux c’est pour son développement. »

Et encore ceci: En général, les enfants du préscolaire qui n’ont pas appris à écrire à la main mettent plus de temps à apprendre les lettres », soutient la chercheuse américaine Karin James, professeure au Département de psychologie et des sciences du cerveau à l’Université de l’Indiana. Avec des collègues, elle a réalisé une étude en 2012 auprès d’enfants de 4 et 5 ans qui commençaient à apprendre l’alphabet.

« Nous avons comparé l’activité cérébrale d’enfants avant et après l’apprentissage des lettres, selon trois méthodes : apprentissage visuel, tactile et manuel », explique-t-elle. « Il n’y avait aucun changement à la suite de l’apprentissage visuel, un changement minime après avoir appris à l’aide d’un clavier et un changement important à l’activité cérébrale lors de l’apprentissage de l’écriture manuscrite. »

Selon elle, des recherches ont montré au fil des ans que les enfants qui utilisent leurs mains pendant leurs apprentissages apprennent mieux et que c’est la même chose chez les adultes.

 

Et plein d’autres enseignements. 

Pour lire la suite

Bonne lecture.

Michèle

atelier relaxation, école, extra-scolaire, formation, pause-relax, relaxation, Un peu de tout

Une rentrée qui s’annonce bien…

… car j’aurai le plaisir de former et ceci tout au long de l’année, des éducateur·trices, des animateur·trices, des enseignant·es… aux pause-relaxation.

La pause-relaxation permet aux adultes et aux enfants de se recentrer, de retrouver le calme intérieur, de mieux comprendre et gérer les émotions, grâce à des mouvements, des histoires, Lire la suite « Une rentrée qui s’annonce bien… »

école, enfance, pause-relax, Un peu de tout, yoga à l'école

Le bien-être s’installe dans la classe de Sandra

Retour sur une bien belle expérience dans la classe de 3ème maternelle de Sandra à l’Institut Les Ursulines près de Koekelberg, où j’avais déjà eu l’occasion d’animer une journée pédagogique « je zenne, tu zennes… » en compagnie de Diane et Maruska.

Depuis janvier 2018 et ceci une fois par mois, j’ai eu la grande joie d’animer des ateliers de relaxation, de mouvements, de yoga …. avec une thématique différente à chaque fois. Nous avons ainsi pu aborder les différentes parties du corps, la respiration, les émotions, la gestion des émotions, le bruit, la pleine conscience, le toucher, le massage, le respect…

Lire la suite « Le bien-être s’installe dans la classe de Sandra »

enfance, Toucher, Un peu de tout

Hommage.

Il y a juste un an.

Le 25 mai 2017, un vieux monsieur de 98 ans est mort sans qu’aucun média n’en parle. Il était important pourtant.

C’est grâce à ce monsieur là  que nos enfants naissent aujourd’hui de manière plus douce, sans être frappés ou tenus la tête à l’envers par les pieds (on pensait alors qu’un nouveau-né devait hurler à la naissance).

C’est grâce à  Frédérick Leboyer qu’on pose le bébé sur le ventre de sa mère (ou de son père) quand il est sorti. On appelle cela du peau à peau et c’est une pratique très répandue désormais dans les maternités, en Belgique, en France, comme ailleurs.

Pour le présenter, on pourrait dire de lui qu’il était obstétricien. Mais ce serait très réducteur. C’était un poète, un humaniste, un penseur.

Controversé à  l’époque, Frédérick Leboyer avait fini par rendre son diplôme de médecin. Pourtant des études ne cessent de confirmer ses intuitions, comme le fait que les nouveau-nés ressentent la douleur, au même titre que les adultes.

Je vous invite à continuer la lecture de ce bel article qui lui rend hommage, article écrit par Renée Greusard en cliquant ICI.

C’est aussi lui qui écrivait la préface d’un livre clé sur « la Peau et le Toucher. Un premier langage » d’Ashley Montagu.

Voici un livre qui s’annonce comme un ouvrage de psychologie expérimentale et qui se lit comme un roman.

On y va de surprise en surprise, de découverte en découverte. Et de prise de conscience en prise de conscience. Au point que, la surprise passée, on reste profondément troublé.

(…) Sans aucun doute, après la lecture de ce livre il n’est plus possible pour quiconque de considérer le nouveau-né comme un objet, comme une chose.

Merci Monsieur Leboyer, poète accoucheur.

école, enfance, RYE, Un peu de tout, yoga, yoga à l'école

Du yoga pour être mieux dans sa tête et mieux apprendre

Découvrez le reportage réalisé par France 3 Île-de-France dans le cadre de la Semaine du yoga dans l’éducation au sein de deux collèges de la région : dans le 20ème arrondissement de Paris et à Villejuif (94).

à découvrir ICI

 

 

 

école, enfance, Recherche sur le Yoga dans l'éducation, RYE, Un peu de tout, yoga, yoga à l'école

La semaine du yoga dans l’éducation

Si vous y participez, merci de me le tenir au courant.

Découvrir le « Yoga à l’école »

  • Une association : L’association RYE (Recherche sur le Yoga dans l’Education) propose des formations pour enseignants tout au long de l’année, et lors d’un séminaire d’été. Elle a des branches en Belgique et en Italie.
  • plusieurs livres: voir ma bibliothèque

respiration du thorax

école, enfance, Un peu de tout, zen

learn to be zen @ school

Les neurosciences démontrent que le stress bloque les apprentissages. Nous pouvons inverser la tendance. Pour que les élèves se sentent bien en classe. Pour qu’ils apprennent et grandissent dans la sérénité.

À l’initiative de Learn to Be (Belgique) – asbl pour laquelle je travaille mi-temps-, en partenariat avec Savoir-être à l’école (France) et l’École Franco-Allemande de Fribourg (Allemagne), le projet « Learn to be zen @ school » est lancé ! Il s’agit d’un partenariat stratégique européen Erasmus+.

Pendant 2 ans, les membres de ces trois équipes vont créer – avec des professionnels de l’enfance – de nouveaux outils pédagogiques pour amener les enfants à être zen et attentifs à la fois.

  • des capsules vidéo d’animation pour les enfants de 5 à 12 ans sur le thème du stress scolaire, pour ouvrir la discussion avec les enfants ;
  • des fiches pédagogiques pour l’enseignant, l’éducateur, le parent, afin d’amorcer la discussion avec les enfants et de les guider pour trouver leurs solutions ;
  • des outils attractifs et ludiques pour permettre aux enfants d’explorer et mettre des mots sur leurs émotions.

Appel aux partenaires et participants (écoles, enseignants, éducateurs et parents) : vous êtes invités à tester, mettre en œuvre, évaluer, et contribuer à ajuster ces outils, qui seront ensuite fournis gratuitement au grand public.

Alors tenté ? Venez vite les rejoindre et vous inscrire sur le site Learn to be zen @ school

balance-2