A la découverte du travail de Marie Auquier.
école, enfance, Un peu de tout

«Enfance, théâtre et philosophie: à la découverte du travail de Marie Auquier» vient de paraître

Le livre écrit par Pascal Popesco «Enfance, théâtre et philosophie: à la découverte du travail de Marie Auquier» vient de paraître. Je vous invite à le découvrir et à savourer déjà ses premières pages dans ce fichier PDF.

Vous pourrez le trouver dans les librairies bruxelloises Joli MaiPtyxTropismes et Tulitu.

Il est possible de le commander en direct sur le site des éditions leschosesimprimées.com. Pour la France, il vous faudra patienter jusqu’en janvier 2018.

Vous pouvez  le consulter à la Bibliothèque Royale de Belgique, à la Bib

liothèque du Mutsaard et très prochainement à la Bibliothèque des Riches Claires.

EFTMarie

Un film documentaire sur le travail de Marie Auquier et des captations des spectacles qu’elle a initiées sont consultables via ce lien. Livre et films s’enrichissent mutuellement.

Bonnes visions et belle lecture.

atelier relaxation, pause-relax en famille, relaxation, Un peu de tout

Pause-relax en famille à l’espace BamboO

Je vous attends à l’espace BamboO  le dimanche 19 novembre pour une heure d’exercice bien-être, de mouvement, de respiration consciente, de massage, de jeu et de détente avec vos enfants à partir de 4 ans.

Horaire de 11h à midi.

Tarif: adulte 9€, enfant 5€

Formulaire d’inscription: cliquez ICI.

P1090458

 

Toucher, Un peu de tout

Les mains, ces fabuleux outils d’apprentissage

En 2017 je souhaite que nos mains puissent avec plaisir et créativité continuer à masser, tricoter, écrire, malaxer, tourner, frotter, tambouriner, gratter, dessiner, frictionner, peindre, coudre, triturer, graver,  modeler, effleurer, pétrir, tapoter, chatouiller, câliner …  Belle année « touche-à-tout » à vous.

Permettons-nous comme les enfants de toucher, d’explorer, de créer, de construire et de nous sentir ainsi partie prenante du monde qui nous entoure. L’outil éducatif le plus important n’est pas technologique. Ce ne sont ni les tableaux interactifs ni les iPads. Ce sont les mains. Libérons-les !

 

Déjà en 1936, dans son ouvrage L’enfant* Maria Montessori écrit un chapitre entier consacré à la main et à son rôle dans le développement de l’intelligence.

Elle voit dans la main un “organe exécutif de l’intelligence“. C’est à travers la main que les hommes prennent possession de leur environnement, le transforment et accomplissent leur mission d’être humain.

L’organe moteur qui caractérise l’Homme, c’est la main au service de l’intelligence pour la réalisation du travail. – Maria Montessori

L’enfant a BESOIN de toucher pour se développer : Maria Montessori parle de “mouvements constructeurs“. Ces gestes sont les premiers balbutiements de “l’homme travailleur”.

Pour mieux connaître son action dans les écoles voici la vidéo de Trevor Eissler, fervent défenseur des écoles Montessori.

L’outil éducatif le plus important n’est pas technologique, ce sont les mains des enfants. – Trevor Eissler

Vidéo de Trevor Eissler, traduction Vanessa Toinet

*L’enfant de Maria Montessori aux éditions Desclée de Brouwer.

relaxation, Toucher, Un peu de tout

Pourquoi il ne faut pas oublier les câlins…

Pendant ces quelques jours, veille de rentrée scolaire, je vous invite à faire de gros câlins à vos enfants. Quoi de mieux pour leur donner des ailes et les encourager. Un merveilleux nectar d’amour, de confiance en soi et de bonne santé. A utiliser sans modération … après la rentrée aussi !

extrait de l’article  écrit par  Marlène Duretz journaliste au Monde

Un câlin ? A quoi bon repousser ce bienfaiteur rapprochement qui agit sur notre bien-être physique et notre équilibre affectif ? Platonique, amoureux ou confraternel, avec un proche, un inconnu, un animal, ou son ours en peluche, le câlin a de bénéfiques vertus qui ne doivent pas se limiter à la seule Journée internationale des câlins, ce 21 janvier (et oui cela existe!). Si le site journee-mondiale.com préconise « 7 minutes de câlin par jour pour se sentir heureux », la psychothérapeute américaine Virginia Satir voit les choses différemment : « Nous avons besoin de quatre câlins par jour pour survivre. Nous en avons besoin de huit pour fonctionner. Et de douze pour croître. »

« L’éducation a appris à notre corps à se cadenasser. Cet élan – celui d’étreindre l’autre – nous le refrénons par crainte du jugement, par peur du ridicule, de la méprise ou par respect d’une certaine morale, explique Céline Rivière, psychologue clinicienne, auteure de La câlinothérapie, une prescription pour le bonheur (Michalon Editeur, 2015). Le toucher est devenu aseptisé. Et si c’était une erreur ? Et si nous étions devenus malades de ne pas suivre nos pulsions bienveillantes ? »

Faire un câlin, à quoi ça sert ?

Lutter contre la déprime et les virus 

Le démonstratif, ou le discret amateur de câlins, serait moins sujet à la déprime, aux rhumes sévères et à la grippe. Le câlin contribue à la production de l’ocytocine, hormone-clé de notre bien-être qualifiée de « nectar de guérison » par la chercheuse suédoise, Kerstin Uvnäs Moberg. « Elle est à l’amour et à l’attachement ce que l’adrénaline est au stress et à l’agressivité », explique Mme Rivière. Son niveau dans le sang « est directement lié à notre capacité de gestion du stress et à la qualité de nos relations sociales (…) Le toucher si particulier du câlin accroît les capacités de défense de l’organisme et relance globalement l’ensemble des fonctions du corps mais, plus profondément encore, il reconnecte au sentiment de bien-être parce qu’il relie l’individu à lui-même, aux autres et à la réalité de son environnement. ». Selon les travaux du chercheur américain Sheldon Cohen de l’université Carnegie-Mellon de Pittsburgh (Pennsylvanie), le lien social induit dans les câlins contribue, à lui seul, à booster le système immunitaire. Selon lui, « un câlin par jour devrait suffire pour traverser l’hiver ! ».

(….)

Communiquer sans dire un mot

Dans son ouvrage Le Petit Livre des gros câlins (Seuil, 1988) où elle met en scène des ours pour expliquer les différents types de câlins, Kathleen Keating écrit que, « mieux que l’espéranto, les câlins parlent une langue universelle (…) et valent mieux qu’un long discours ». Nul besoin de mots lorsque le corps prend le relais. « Le toucher est instinctif. Il est le vecteur de nos sentiments lorsque nous montrons que nous aimons, que nous sommes concernés par le bien-être de l’autre, estime Céline Rivière. C’est un moyen de communication non verbal extrêmement puissant ».( ….)

 

Je vous souhaite une belle rentrée sereine et créatrice.

Michèle

 

Toucher

Peut-on encore toucher les enfants aujourd’hui ?

Je vous invite à découvrir ce petit livre  écrit par Pierre Delion*, à télécharger gratuitement sur le site de Yapaka.

Il traite de la question du toucher, donnée fondamentale dans le développement de l’enfant qui interroge particulièrement à une époque où des affaires d’abus ont conduit à une inhibition générale du toucher comme moyen de communication entre adulte et enfant.

*Pédopsychiatre et psychanalyste, Pierre Delion est professeur de pédopsychiatrie à la faculté de médecine de Lille et responsable du service de psychiatrie infanto-juvénile au CHRU de Lille. Spécialiste de l’autisme et des psychoses infantiles en général, il est également engagé depuis vingt cinq ans dans la rénovation de la psychiatrie contemporaine.

Sur ce même site Yapaka.be, vous trouverez une formation en ligne « Points de repère pour prévenir la maltraitance ». Vous avez des enfants en charge et vous vous posez des questions concernant la négligence et la maltraitance: cette formation en ligne va vous donner quelques points de repère.

mains

***

***

***

atelier relaxation, pause-relax, relaxation, Un peu de tout, yoga à l'école

Rencontre avec Jacques de Coulon

Pendant deux belles journées de janvier, j’ai eu la chance de suivre une formation « Attention dans le calme » avec Jacques de Coulon, formation organisée par le RYE à Bruxelles.

jacques-de-coulon-clesJacques de Coulon a une longue expérience dans le monde éducatif. D’abord instituteur puis professeur de philosophie et proviseur, il termine sa carrière en étant recteur d’un collège en Suisse. Avec Micheline Flak il fait entrer en classe la relaxation et le yoga dans les années 70.  Ensemble ils publient un livre le Yoga dans l’éducation. J’en oublie délibérément la première partie du titre que je trouve accrocheuse voire racoleuse, témoin d’une époque (1985)

 

Le Yoga à l’école développé par le RYE International est une adaptation pour les enfants, d’exercices de yoga traditionnel. La plupart des exercices peuvent se faire assis à sa table ou debout, sans matériel particulier.

Lors de ces deux journées, j’ai pu expérimenter plein d’exercices qui m’inspirent pour les ateliers Pause-relaxation en classe.

La formation du RYE s’appuie sur les six premiers échelons de Patanjali :

  1. Vivre ensemble – La relation aux autres
  2. Chasser les toxines et les pensées négatives – L’hygiène personnelle
  3. Se mettre en bonne posture – Dos droit, attention au corps
  4. Bien respirer pour garder son calme – Le contrôle du souffle et de la respiration
  5. Savoir se relaxer pour maintenir un bon niveau d’énergie – La détente du corps, le calme mental
  6. Etre bien concentré – La concentration consciente de l’esprit
  7. Elargir sa conscience – la méditation, contemplation
  8. Se mettre sur la même longueur d’onde que la source d’énergie – la sérénité

… « Dans notre enseignement, il n’est guère d’usage de donner au corps un rôle de tremplin pour l’apprentissage. La gradation de Patanjali au contraire la met en lumière. Mais cette interdépendance va dans les deux sens: le mental peut aider aussi à revitaliser le corps.(…) En résumé le mode d’emploi du yoga transmis par Patanjali joue dans les deux sens et nous enjoint de bien veiller aux transitions. Par exemple, à la fin d’une intense concentration mentale on apprend à revenir par degrés mesurés à des mouvements physiques qui nous mènent à prendre conscience de l’environnement immédiat sans chocs et sans migraines. »                                                             * extrait page 21

Sur leur site vous trouverez une chronique écrite par Jacques de Coulon et quelques exercices bien détaillés dans l’onglet « Exercices ».

Pour en savoir + : L’association RYE (Recherche sur le Yoga dans l’Education) propose des formations pour enseignants tout au long de l’année, et lors d’un séminaire d’été. http://rye.free.fr/. Elle a des branches en Belgique, en Italie et dans d’autres pays.

* Un livre : « Des enfants qui réussissent, le yoga dans l’éducation », de Micheline FLAK et Jacques DE COULON, Desclée de Brouwer.

 

 

atelier relaxation, pause-relax, relaxation

Pause-relaxation à l’école Sainte-Marie à Schaerbeek

Début juin, j’avais rendez-vous pour une séance Pause-relaxation un peu particulière dans la classe de 3ème année de Dominique Bastien.

Dominique et ses élèves me connaissaient déjà. C’est avec beaucoup de plaisir que j’y avais animé en début d’année scolaire, 6 ateliers Pause-relaxation. L’accueil, les réactions et retours des enfants ainsi que de Dominique étaient très encourageants .

C’est donc accompagnée de Youri Abenchikar, mon filleul photographe que je me suis rendue rue Seutin à Schaerbeek pour une heure d’animation dont vous pouvez voir les résultats aujourd’hui.

Les photos illustreront le blog ainsi que les documents de diffusion des Pause-relaxation à l’école.

Un tout grand merci à Dominique, l’institutrice ainsi qu’à tous ses super élèves: Oumnia, Amélia, Soufian, Ibrahim, Kadir, Adame, Merlin, Enes, Mélanie, Jacqueline, Victoria, Kertis, Arda, Mahamadou, Enes, Sechil et Kadir.

Merci à la direction de l’école et aux parents qui ont autorisé cette prise de vue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.